Ca fait les mollets !

Pour une randonnée impromptue d’une petite journée, le plus près c’est encore le Mont-Valin (une bonne heure de route, quand même !), mais c’est aussi le plus accidenté ! Ca grimpe dur, et il fait bien chaud … Heureusement, mes « nus-pieds » sont idéals (idéaux ?) pour ce genre d’exercice : la semelle ultra-souple (en fait, elle est entièrement articulée !) permet de « dérouler » entièrement le pied, et de faire travailler au maximum les mollets pour monter.
Un peu moins haut que l’autre jour (mais cette fois-ci, je suis partie de tout en bas …), mais j’étais quand même bien contente d’arriver au Pic du Grand Corbeau ; il était déjà 14h30, et je commençais à avoir un peu faim … De corbeaux, je n’en ai point vus, par contre la piste d’envol (pour les parapentes …) est plutôt impressionnante : pas de barrière ici, mais une plate-forme inclinée (vers le vide, évidemment …) avec un simple petit filet pour récupérer l’imprudent(e) qui ferait un pas de trop … je n’ai pas testé ! On discerne le Fjord du Saguenay au loin …

… plus près, la plateforme un peu plus bas, c’est la Tête-de-Chien où je me suis arrêtée l’autre jour … et derrière moi, le Pic-de-la-Hutte, où j’était montée lors de ma première venue, mais en partant d’en-haut.
Au premier plan, devant moi, un curieux phénomène : la rivière paraît serpenter au milieu … d’un lac !Après un bon 3/4 d’heure de déjeuner (tardif) + petite sieste (plus ou moins à l’abri du vent … ça souffle dur, là-haut), je prends le chemin du retour. Bilan de la journée : 2,5 heures de montée, 2 heures de descente … et des mollets encore bien courbaturés 48 heures plus tard !


Notice: Thème sans comments.php est déprécié depuis la version 3.0, aucune alternative n’est disponible. Veuillez inclure un modèle de comments.php à votre thème. in /home/marienoe/www/blog/wp-includes/functions.php on line 3843

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *