Celui-là, par contre, je l’ai descendu en tout juste 2 heures !


Oui, vous avez déjà vu la couverture ce bouquin quelque part …

Je vous ai effectivement parlé de ce bouquin lorsque je l’ai reçu (http://mnaugendre.com/2005/05/avec-un-peu-de-persvrance-jai-fini-par/). Et bien, je suis désormais en mesure de vous confirmer qu’il a parfaitement tenu ses promesses : j’ai expédié ses 230 pages en tout juste deux heures, soit deux séances d’entraînement très exactement chronométrées par les machines de cardio-training du Club Med’Gym. C’est en effet en pédalant et en montant des marches que je me suis régalée de cette satire hilarante des marchés financiers et de ses acteurs, qui n’a pas pris une ride malgré ses 65 ans ; à raison de 2 ou 3 bons mots par page, j’imagine que mes voisins de « machine » se demandaient ce que je pouvais bien lire pour être tout le temps en train de rigoler comme ça ! Je vous préviens quand même qu’il faut un certain niveau de connaissance des marchés pour être en mesure d’apprécier l’ouvrage ; j’ai d’ailleurs moi-même décroché pendant 1,5 page où l’auteur faisait une brillante démonstration sur les calculs d’options : j’ai beau connaître la théorie, il me manquait un rien de pratique pour être parfaitement à l’aise.C’est un peu dommage de sortir quelques phrases du contexte, mais je ne résiste pas au plaisir de vous donner un petit exemple de l’esprit de l’auteur, lorsqu’il tente de définir les notions de spéculation et d’investissement : « La spéculation est un effort, probablement vain, pour transformer un peu d’argent en beaucoup d’argent. L’investissement est un effort, parfois couronné de succès, pour éviter de transformer beaucoup d’argent en beaucoup moins ».Ou cet autre passage, qui suit une recommandation de tester « en réel » certaine théorie : « Comme toutes les grandes expériences émotionnelles de la vie, l’immense joie de perdre une somme importante ne peut pas s’exprimer par la littérature… Il y a certaines choses que l’on ne peut pas expliquer pertinemment à une vierge, pas plus par des mots que par des dessins. Toutes les descriptions que je vous en offrirais ne pourront jamais vous faire ressentir, même approximativement, ce que c’est que de perdre un bon paquet d’argent qui vous appartenait ».Bon, je vais quand même aller jeter un petit coup d’oeil à l’évolution de mon portefeuille ; on ne sait jamais …


Notice: Thème sans comments.php est déprécié depuis la version 3.0, aucune alternative n’est disponible. Veuillez inclure un modèle de comments.php à votre thème. in /home/marienoe/www/blog/wp-includes/functions.php on line 3893

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *