En route vers la Crète, via Barcelone et Athènes (Randoaquarelle Crète-1)

Barcelone ne m’a pas fait une bien grosse impression … les artères (Rambla et rues alentours) et places (Placa Reial) que nous avons parcourues m’ont furieusement rappelé le centre de Paris, aussi bien ses ruelles anciennes et tortueuses pleines de charme (Marais, Montorgueil) et certaines places historiques (Palais-Royal et son jardin) que les éventaires et autres attractions (statues vivantes) destinées à appâter les touristes qui fleurissent autour de Beaubourg ; d’ailleurs, même le Centre Culturel Contemporain a un petit air de Beaubourg, avec ses escalators en façade, les tuyaux en moins, tout de même ! Je passe sur les constructions psychédéliques à donner des cauchemars de Gaudi … à l’exception de l’élégante cathédrale Sagrada Familia, qui mérite le détour … mais franchement, les salades de fruits, je les préfère dans mon assiette plutôt que juchées au sommet des clochers ! Restent les petites rues dans lesquelles j’aurais aimé m’attarder, mais la nuit était déjà tombé, et il nous fallait prendre le chemin de l’aéroport.
A Athènes, le dépaysement est plutôt du … au fait que l’on ne comprend rien à ce qui est écrit partout ! En ce me qui me concerne, je ne comprenais pas non plus la langue parlée, pas plus qu’à Barcelone d’ailleurs ; mais la différence, c’est qu’à Athènes, quasiment tout le monde parle anglais (à Barcelone, ce n’est pas qu’ils ne le parlent pas, mais plutôt qu’on ne les comprend pas du tout !), ce qui m’a tout de suite mise assez à l’aise … et donné l’occasion de parler, ce qui m’arrive somme toute assez peu depuis une dizaine d’années. Visuellement, la ville paraît à la hauteur de sa réputation en matière de pollution (on a vraiment l’impression que tout est nimbé dans un nuage gris …), les immeubles sont plutôt bas, mais semblent tassés les uns contre les autres, encastrés à perte de vue dans les collines qui entourent la ville … Profitant de la Fête Nationale (les musées étaient gratuits) nous avons consacré notre matinée à la visite du Musée Archéologique National. Personnellement, j’ai été plus captivée par les petits objets issus de l’artisanat (ustensiles de cuisine, instruments médicaux, bijoux, etc.) que par les grosses pièces (pas toujours bien « rapiécées » d’ailleurs …) de sculptures ou poteries d’art ; rien de nouveau là-dedans : j’ai toujours été plus attirée par les arts et traditions populaires que par l’Art avec un grand « A » ! Une exception de taille (au sens propre comme au sens figuré) cependant : les magnifiques statues dues à Praxitèle, dont les drapés en particulier ont suscité mon admiration. En voici quelques exemples …



… ainsi qu’un bas-relief (ornant un mausolée, si je ne me trompe pas) mettant en scène un groupe de musiciennes.


Puis nous avons rejoint le Pirée pour embarquer à destination de Hania (ou Xania, ou La Chanée). Les magnifiques couleurs du soleil couchant m’ont fait la nique : le croquis à l’aquarelle que j’ai tenté est loin d’être à la hauteur de pareil spectacle …



Un peu plus tard, cependant, j’ai retrouvé un peu d’inspiration pour « croquer » les fauteuils du « lounge » où je suis restée bouquiner jusqu’à à arriver en vue (nocturne !) de la Crète.


Notice: Thème sans comments.php est déprécié depuis la version 3.0, aucune alternative n’est disponible. Veuillez inclure un modèle de comments.php à votre thème. in /home/marienoe/www/blog/wp-includes/functions.php on line 3843

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *