Cinéma : « Il ne faut jurer de rien »

L’affiche du film

Le film frise souvent la caricature, mais à ce rythme, on n’a pas le temps de s’ennuyer! Et puis, c’était l’occasion de découvrir que Dalloyau et la barbe à papa (avec moins de colorant que de nos jours) existaient déjà du temps de Louis-Philippe.


Notice: Thème sans comments.php est déprécié depuis la version 3.0, aucune alternative n’est disponible. Veuillez inclure un modèle de comments.php à votre thème. in /home/marienoe/www/blog/wp-includes/functions.php on line 3830

Une réponse à “Cinéma : « Il ne faut jurer de rien »”

  1. C’est vrai: on se sent emporté par le rythme endiablé et on n’a pas le temps de s’ennuyer; j’y suis allée par ce que je ne trouvai rien d’autre qui me fasse envie; et je n’ai pas regretté.
    Pour Dalloyau c’est fort possible si on tient compte de l’époque à laquelle se déroule l’histoire.
    Je t’embrasse0
    MA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *