Il est des choses qu’il vaut mieux ne pas faire dans un lit


Une investigation organisée et minutieuse …

Même – et peut-être surtout, si le lit en question est un hamac, d’ailleurs. Je veux parler du geste qui consiste à se tripoter la paupière sous laquelle une lentille (rigide, je précise) se révèle momentanément inconfortable. S’est-elle sentie non désirée ? Ma lentille a soudain décidé d’aller faire un tour ailleurs, et s’est auto-propulsée hors de son habitacle usuel.
???!!! Sans grand espoir, et en bougeant surtout le moins possible, je promène mes mains à tâtons, sur mon visage d’abord, puis le haut de mon tee-shirt, puis j’investigue le sac en polaire (fait maison et très confortable) dans lequel je dors, rien.
Après quelques instants de réflexion consacrés à la définition d’une stratégie, je sors délicatement du hamac en remuant le moins possible les strates de tissu qui m’enveloppent. Une inspection rapide du hamac me convainc qu’elle n’y a pas atterri. Il est temps de passer au plan B (c’est d’actualité, non ?) : d’abord, se mettre à poil. Non, ça n’est pas pour sacrifier à un rite mystérieux d’imploration à Ste Rita (la patronne des causes perdues, c’est bien ça ?), mais pour le cas où la lentille se trouverait sur l’un de mes vêtements ; si je commence à la promener dans tout l’appartement, Dieu seul sait où elle risque d’aller se fourrer ! Ensuite ? se rhabiller bien sûr ! Vous n’imaginez quand même pas que je vais continuer à me balader en tenue d’Eve jusqu’à ce que j’ai retrouvé la lentille (vous aurez compris, bien sûr, que j’ai laissé sur place le pyjama que j’ai retiré, et que je suis allée enfiler d’autres vêtements). L’étape suivante consiste à s’équiper d’une lampe frontale (quelle belle invention, ce truc là !), puis à examiner chaque cm² de surface de tissu, revêtement de sol, etc. se trouvant dans le périmètre défini par le rayon d’autonomie potentielle de la lentille.
Je n’avais pas de montre en main, mais il ne s’est pas écoulé 5 minutes entre le début et la fin de l’action (oui, j’ai mis la main sur la coupable ; la responsable, c’est toujours moi), ce qui démontre de manière irréfutable (pas d’accord ? cliquez sur la zone commentaires …) l’intérêt de définir une stratégie éprouvée préalablement à tout commencement d’action (je commence à me demander si les meetings de Securimer ne m’ont pas un peu porté sur le système – voir le film Mon petit doigt m’a dit pour comprendre cette allusion).
Pour ceux / celles qui seraient tenté(e)s d’adopter cette stratégie pour leur propre compte, je précise toutefois qu’elle ne s’applique qu’aux lentilles rigides. En effet, les lentilles souples :

  1. ne sautent pas sans qu’on ne les y ait beaucoup encouragées,
  2. ont une tendance naturelle à rester « scotchées » à l’endroit précis de leur chute
  3. se dessèchent très vite, et rabougrissent au point de ressembler très rapidement … à pas grand chose si tant est qu’elles soient encore visibles à l’oeil nu (d’autant plus nu que la lentille n’y est plus, d’ailleurs).

D’ailleurs, c’est peut-être bien un cas d’école car j’ai l’impression que toutes les lentilles souples sont désormais du type dit jetable : alors, en perdre une de temps en temps, ça n’est pas la mer à boire ; alors que les miennes, il me faut à peu près 3 ans pour les amortir.


Notice: Thème sans comments.php est déprécié depuis la version 3.0, aucune alternative n’est disponible. Veuillez inclure un modèle de comments.php à votre thème. in /home/marienoe/www/blog/wp-includes/functions.php on line 3843

Une réponse à “Il est des choses qu’il vaut mieux ne pas faire dans un lit”

  1. C’est ce que je dis toujours : il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas faire dans un lit !!

    Un peu d’audace, d’inventivité !

    Question à cent sous (çà fait combien, en euros, 100 sous ?) : Le hamac, ça doit pas non plus être toujours facile facile … mais bon, avec de l’entraînement …

    J’me moque, c’est facile, je sais.

    Mais le retour de flamme arrivera assez vite : vous allez voir la « baffe » que je vais prendre pour tant d’impertinence !!

    Et pourtant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *