L’occasion était double …

… de parcourir la Can de Ferrière avec un passionné et … de rencontrer enfin en chair et en os ledit passionné. Ferrière(s ?), j’y étais déjà allée à moults reprises, d’autant plus que c’est un point de vue idéal pour « croquer » les falaises du Causse Méjean ; quant à Marc L., ça fait déjà un moment que j’ai découvert sa prose par l’intermédiaire de son site (Cévenne Vivante), qui figure en bonne place parmi mes sites cévenols préférés (voir colonne de droite). Autant dire que j’avais repéré cette sortie du Festival Nature bien à l’avance et réservé ma journée ! Pour commencer, j’ai vu … la mer !!! plus exactement, une mer de nuages dont émergeaient le haut des falaises du Méjean, juste avant de plonger dans un brouillard à couper au couteau 300 mètres avant d’arriver au rendez-vous de départ à Saint Laurent de Trêves.

Moyennant un petit covoiturage, nous avons rallié Saint Julien d’Arpaon (prononcer « arpent »), dont le château se détachait dans une ambiance également brumeuse quoique … sous les nuages, lui !
La montée a été … longue, pas forcément parce qu’elle était rude (ça montait bien quand même !) mais parce qu’on causé, et puis encore causé, et encore … causé ! Une bonne part du groupe était constitué de gens « du cru » qui connaissaient parfaitement les hameaux et vallées environnants, et avaient plein de souvenirs et/ou d’histoires à nous faire partager ; donc il fallait prendre le temps ! Et puis, on croyait être presque arrivés sur le plateau …

… mais non, y avait encore à grimper ! Nous avons vu plein de choses très variées …

… sur le sol …

… et aussi en-dessous (Las ! J’avais laissé l’appareil photo « à la surface » …) Sur la fin de la traversée du plateau, j’ai retrouvé un des points de vue dont je ne me lasse pas …

Au passage, nous avons exploré une petite bergerie …

… dont nous avons admiré la magnifique voûte, typiquement caussienne (on trouve fort peu de charpentes sur les Causses, car le bois y est rare).

Un dernier petit coup d’oeil sur le paysage environnant avant d’attaquer la descente sur Saint Laurent de Trêves …
… plus difficile que la montée de l’autre côté du plateau car, là, ça descendait tout droit et il n’était pas conseillé de « dévisser » !


Notice: Thème sans comments.php est déprécié depuis la version 3.0, aucune alternative n’est disponible. Veuillez inclure un modèle de comments.php à votre thème. in /home/marienoe/www/blog/wp-includes/functions.php on line 3893

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *